Conférence “Écosocialisme ou catastrophe!”

En NEF273, bâtiment Internef à l’Unil

Jeudi 12.05.2022 à 18h00

“ Le capitalisme ne peut exister sans croissance. Il a besoin d’une expansion permanente de la production et de la consommation, de l’accumulation du capital, de la maximisation du profit. Ce processus de croissance illimitée, basé sur l’exploitation des énergies fossiles depuis le 18ème siècle, conduit à la catastrophe écologique, au changement climatique, et menace l’extinction de la vie sur la planète. Les 26 conférences COP de l’ONU sur le changement climatique de ces 30 dernières années témoignent de l’absence totale de volonté des élites dirigeantes d’arrêter la course vers l’abîme.

Toute véritable alternative à cette dynamique perverse et destructrice doit être radicale, c’est-à-dire s’attaquer aux racines du problème : le système capitaliste, sa dynamique d’exploitation et d’extractivisme, son productivisme aveugle et obsessionnel. L’ecosocialisme est une alternative radicale, qui associe les idées fondamentales du socialisme et les impératifs écologiques. Il implique l’appropriation sociale des principaux moyens de production et une planification démocratique, participative et écologique. Les principales décisions sur les priorités de production et de consommation seront décidées par les gens eux-mêmes, afin de satisfaire les besoins sociaux réels tout en respectant les limites écologiques de la planète.”

Nous nous réjouissons de vous y voir nombreux, -euses!

Turquie : Autoritarisme, Néolibéralisme et Islamo-Nationalisme

Suite à un changement de dernière minute cette conférence initialement prévue pour le jeudi 25 mars sera repoussée au jeudi 1er avril

à 16h30, sur Zoom:  https://unil.zoom.us/j/92036504370

Intervenant :Uraz Aydin, journaliste et militant de la gauche radicale

La montée de l’autoritarisme en Turquie n’a cessé de s’accélérer depuis la tentative manquée de coup d’État d’une fraction de l’armée en juillet 2016. Les violences à la fois étatiques et extra-étatiques se sont multipliées ces dernières années contre toute forme d’opposition, en particulier les organisations kurdes, tandis que plus de 150,000 fonctionnaires ont été suspendus ou radiés de leurs fonctions. Le président Erdogan et son parti de l’AKP en coalition avec l’extrême-droite maintient sa volonté également d’étendre son pouvoir autoritaire à tous les institutions non étatiques du pays.

Cette croissance continuelle de l’autoritarisme sous un régime de plus en plus autocratique s’est également accompagnée d’un approfondissement des difficultés économiques, notamment la montée du chômage et des inégalités sociales dans le pays. En même temps, le gouvernement de l’AKP a multiplié les interventions étrangères, notamment en Syrie du nord contre les enclaves kurdes, en Lybie et dans la guerre Arménie-Azerbaïdjan aux côtés de ce dernier.

Dans cette perspective, comment analyser la montée de l’autoritarisme en Turquie? Quels sont les moyens employés par le régime d’Erdogan pour étendre son pouvoir ? Qui sont les acteurs et actrices qui s’y opposent et comment?

Pourquoi un référendum de gauche contre la loi CO2 ?


Conférence donnée par Joachim, militant de la Grève du climat.

En raison de la situation sanitaire, nous vous invitons vivement à participer à cette conférence par par Zoom(https://unil.zoom.us/j/95256366874c). Seules 16 places seront disponibles en salle pour le public.

Jeudi 22.10.2020 à 16h30 au Géopolis, salle 2230 et sur Zoom (https://unil.zoom.us/j/95256366874c)

Le 2 octobre, les sections romandes de la Grève du climat ont annoncé le lancement d’un référendum de gauche contre la loi CO2. Plusieurs composantes de la gauche radicale (notamment solidaritéS et le POP) ont également annoncé leur opposition à cette loi défendue par une large coalition, allant du Parti libéral-radical aux Vert-e-s.

Quelle est la genèse de la loi CO2? Quelles en sont les principales dis- positions? Quel rôle ont joué les principaux groupes patronaux durant l’élaboration de cette loi et comment se positionnent-ils à son égard? Quelles sont les raisons du lancement d’un référendum de droite par l’UDC? Pourquoi la coalition référendaire de gauche estime-t-elle aussi qu’il faut combattre cette loi? Quels pourraient-être les contours d’un programme de transition écosocialiste à la hauteur des enjeux de notre temps ?

Pour discuter des enjeux autour de la loi CO2, le Groupe regards cri- tiques (GRC) vous invite à venir assister et participer à cette confé- rence.

Enjeux autour des élections présidentielles aux Etats-Unis

 

Discussion introduite par Janick Marina Schaufelbuehl, Professeure associée en histoire internationale, UNIL.

Sur Zoom à 16h30

En raison de la situation sanitaire, la séance de ce jeudi 29 octobre aura lieu uniquement sur Zoom. Le lien sera disponible ici 15 minutes avant le début de la séance.

Lien Zoom: https://unil.zoom.us/j/97166174019

Quatre ans après l’élection de Donald Trump, le corps électoral améri- cain est à nouveau appelé à voter le 3 novembre prochain, tandis que le pays traverse une grave crise économique et sanitaire. L’actuel locataire de la Maison Blanche, le milliardaire Donald Trump, y affrontera l’ancien vice-président et multimillionnaire Joe Biden.

Peut-on s’attendre à un deuxième mandat pour le candidat républicain ? Quel bilan tirer de la politique menée ces quatre dernières années ? Sur le plan intérieur, quelles sont les principales réformes qu’il a fait pas- ser et à qui profitent-elles ? Sur le plan extérieur, comment la politique menée se combine-t-elle avec la montée en puissance de l’impérialisme chinois ? Qui est Joe Biden et qu’a-t-il fait lorsqu’il était vice-président sous Obama ? En quoi son programme politique se différencie-t-il de celui de Trump ? Quel rôle le mouvement Black Lives Matter joue-t-il dans la campagne ?

Pour mieux comprendre les enjeux autour des élections présidentielles aux Etats-Unis, le Groupe regards critiques (GRC) vous invite à partici- per à cette discussion.

Discussion: Qu’est-ce que l’écosocialisme ?

JEUDI 12 DECEMBRE 2019
UNIL GEOPOLIS, SALLE 2137, 16h30

Nous vous invitons à cette discussion commune à partir d’extraits du livre de Michael Löwy Ecosocialisme (2011) que vous pouvez télécharger sur notre site internet : https://www.asso-unil.ch/grc/

Alors que des centaines de milliers de militant.e.s et les jeunesses du monde entier se mobilisent pour que des mesures soient prises mondialement et collectivement pour stopper le dérèglement climatique, nous avons besoin de formuler des revendications immédiates et un projet d’une nouvelle société débarrassée du fossile et de l’accaparement des richesses par une poignée de possédants.

-> Bienvenue à toutes et tous ! <-
Organisé par le Groupe Regards Critiques, association universitaire regroupant étudiant.e.s et doctorant.e.s.

Michael Löwy Ecosocialisme 2011 extraits

Cycle de débats: Quelles droites dures en Europe ?

De plus en plus, les droites qu’on appelle dures, autoritaires ou extrêmes prospèrent dans toute l’Europe. On peut le voir avec les récentes élections du 27 octobre 2019 en Thuringe (Land allemand) où l’Alternative für Deutschland,formation d’extrême droite, a doublé son score électoral en récoltant plus de 23% des voix. Selon le chercheur néerlandais Cas Mudde, professeur associé à l’Université de Géorgie (Etats-Unis), « l’extrême droite en Europe aujourd’hui est plus populaire que jamais depuis 1945 ». Cette tendance est largement reflétée dans l’actualité européenne de ces dernières années, que ce soit dans les résultats électoraux, dans les politiques appliquées par les gouvernements ou encore avec l’action de groupuscules fascistes.

Comment expliquer la montée de la droite dure en Europe et dans le monde ? Quelle est son histoire récente? Comment la caractériser? Est-elle fasciste? Quels sont ses liens avec la nationalisme et le racisme?  Quelles similitudes et quelles différences y a-t-il avec l’extrême droite des années 1930? Le Groupe Regards Critiques vous propose d’en discuter dans le cadre de son troisième cycle de débats de ce semestre.

14.11.2019 16h30 à Géopolis 2137

Nous vous proposons pour cette première séance ouverte à toutes et tous de discuter des extraits de l’analyse que Trotsky fait de la montée de l’extrême droite au début des années 1930. Il réinscrit cette évolution politique inquiétante dans les politiques intérieures et extérieures des puissances européennes.

Trotsky_fascisme_compilation

 21.11.2019 16h30 à Géopolis 2137

Pour la deuxième séance de ce cycle outerte à toutes et tous, nous vous proposons de discuter à partir d’extraits du livre de Ugo Pahleta : La possibilité du fascisme, sorti en 2018. L’auteur propose une définition rigoureuse du fascisme et discute du danger récurrent de l’émergence de ce dernier dans les démocraties bourgeoises contemporaines.

Palheta fascisme 2018

 28.11.2019 16h30 à Géopolis 2137

Pour clore le cycle nous aurons la chance d’accueillir Stéfanie Prezioso, professeure-associée à l’Institut d’études politiques de l’Université de Lausanne, spécialiste des mouvements d’extrême droite et fascistes des années 1930 en Europe et récemment élue au Conseil national.  Ce sera l’occasion de mettre en perspective les déplacements politiques de ces dernières décennies que connaissent les démocraties bourgeoises occidentales.

Cycle de discussions : vers un féminisme marxiste

Le 14 juin dernier, la Suisse a été marquée par un mouvement social d’une ampleur extraordinaire et historique : la grève féministe. Des centaines de milliers de femmes se sont inscrites dans la vague de mobilisations ayant eu lieu en Pologne, en Argentine, dans l’Etat espagnol ou encore en Italie, et se sont mises en grève, au travail, au bureau, dans les commerces, à la maison. Cette pluralité d’expériences de la grève est une caractéristique fondamentale des grèves féministes : en la « sortant » des usines et la revendiquant pour le travail non salarié de reproduction sociale (ménage, soin des enfants, etc.), les féministes ont questionné une catégorie centrale du mouvement ouvrier : le travail. 

Cet élargissement est salutaire et permet de perspectives de luttes et d’organisations, et ouvre plusieurs axes de questionnements : De quelles oppressions et exploitations les femmes sont-elles victimes ? Quelle est la nature du travail reproductif ? Sur quelles bases construire un mouvement féministe large ? Comment définir « l’ennemi principal » ? S’agit-il des hommes en tant que « classe », ou le système économique et politique en lui-même? Et donc, quels liens y a-t-il avec les organisations politiques de gauche et les syndicats?

 

Le Groupe Regards Critiques propose de discuter de ces enjeux dans son premier module thématique. Nos séances auront lieu les jeudis, de 16h30 à 18h30, en salle 2137 du bâtiment Géopolis à l’Unil (arrêt Mouline).

Le 26 septembre 2019, nous lirons des extraits du Manifeste d’un Féminisme pour les 99%, rédigé par Cinzia Arruzza, Tithi Bhattacharya et Nancy Fraser. Ce texte, qui s’inscrit dans la tradition politique développée par Marx et Engels, plaide pour une émancipation totale et globale, à partir d’une position résolument féministe.

Pour la deuxième séance qui aura lieu le 3 octobre 2019, nous proposons de lire des extraits d’une grande figure du féminisme marxiste avec Silvia Federici, qui, dans Caliban et la Sorcière notamment, a revisité certaines questions centrales du marxisme selon un point de vue féministe. Elle y montre notamment la manière dont le processus de formation du capitalisme – ce que les marxistes appellent l’accumulation primitive du capital – s’est accompagné, voire a nécessité, une très vaste entreprise de disciplinarisation et d’asservissement des femmes. Nous lirons des extraits de certains de ses articles, republiés récemment dans Le Capitalisme patriarcal.

Enfin, pour discuter de la situation suisse et internationale, nous aurons le plaisir de clôturer ce cycle le 10 octobre 2019, avec une table-ronde animée par Maria Pedrosa, et Tamara Knez?evic?, militantes féministes et syndicales ayant organisé la grève du 14 juin dernier.

Cycle de discussions : Qu’est-ce que l’Etat bourgeois ?

Qui détient le pouvoir ? Pourquoi les milieux qui l’exercent paraissent-ils incapables de résoudre des problèmes récurrents et connus de l’histoire récente comme la crise climatique, mettant en péril les conditions de vie sur terre ? Celles et ceux qui cherchent à comprendre ce qui se passe sont amené·es à se poser la question du pouvoir et de ses manifestations problématiques de plus en plus visibles.

Les feux de forêt en Amazonie de cet été illuminent les dispositions récentes prises par le gouvernement Bolsonaro. Un million de manifestant·es à Hong Kong défient depuis plusieurs mois l’autoritarisme chinois. Les migrant·es meurent par milliers en Méditerranée ou en Lybie et se heurtent aux refoulements et aux renvois violents. Avec discrétion mais de manière très sérieuse, les milieux dirigeants se préparent à une sérieuse crise économique. L’augmentation du temps de travail est à l’agenda des partis bourgeois.

Chacun de ces exemples très différents les uns des autres est pourtant relié par un point commun : l’exercice du pouvoir sous la forme de ce que l’analyse marxiste nomme l’Etat bourgeois. Comment peut-on définir un Etat ? Quelles en sont les principales composantes ? Quelles sont les origines de cette composante centrale des sociétés humaines contemporaines ? Quel est son rôle économique et social ?

Le Groupe Regards Critiques propose de discuter de ces enjeux dans son premier module thématique. Nos séances auront lieu les jeudis, de 16h30 à 18h30, en salle 2137 du bâtiment Géopolis à l’Unil (arrêt Mouline).

En introduction, pour la séance du 17 octobre 2019 nous proposons de lire « La conception marxiste de l’Etat », texte d’Ernest Mandel (1965). Dans ce texte, l’économiste marxiste belge présente de façon pédagogique et simplifiée les grandes lignes de l’évolution historique de l’Etat, du féodalisme au 20e siècle.

Le 24 octobre 2019, pour la deuxième séance du cycle, nous vous proposons de discuter ensemble du texte de Joachim Hirsch, politologue et professeur émérite de l’Université de J. W. Goethe : « Eléments pour une théorie matérialiste de l’Etat. » (Tiré du livre « L’Etat contemporain et le marxisme », 1975). Ce texte aborde de façon un peu plus approfondie le rôle et les fonctions de l’Etat bourgeois dans la société capitaliste.

Pour conclure ce cycle, lors de la séance du 31 octobre 2019, nous recevons Nicola Cianferoni, auteur de Travailler dans la grande distribution. La journée de travail va-t-elle redevenir une question sociale?, Zurich et Genève: Seismo, 2019. Son livre peut être téléchargé à cette adresse : https://doi.org/10.33058/seismo.20723. L’auteur, qui a réalisé des entretiens au sein de la grande distribution auprès des dirigeants, des travailleuses et travailleurs et de secrétaires syndicaux présentera certains aspects de son étude et discutera notamment de la très actuelle question de la législation du temps de travail en Suisse.

Nos prochaines et dernières activités du semestre!

La grève des femmes* du 14 juin 2019 : Pourquoi ? Comment ?

Jeudi 9 mai 17h15 Géopolis 2137

Conférence-débat avec:

Noémie Mendez, militante au « Collectif UNIL-EPFL Vers la grève »

et

Marine Ehemann, propagandiste au Syndicat des Services Publics

Depuis déjà plusieurs mois, des centaines de femmes* se réunissent et s’organisent à travers toute la Suisse afin de faire grève le 14 juin prochain. Un collectif s’est créé sur le campus UNIL-EPFL. L’ampleur du mouvement est d’ores et déjà impressionnante. Le 8 mars dernier plus de 5’000 femmes et hommes manifestaient à Lausanne à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, marquant une étape importante vers la grève du 14 juin. Mais pourquoi une grève des femmes* le 14 juin 2019 ? Quels sont ses objectifs ? Quelles sont les revendications du collectif UNIL-EPFL ? Et comment la faire ? Cette conférence aura pour but d’en discuter et débattre ensemble avec vous toutes et tous !


Les soulèvements populaires en Algérie et au Soudan : nouveaux espoirs pour la région du Moyen Orient et d’Afrique du Nord?

Jeudi 16 mai 17h15 Géopolis 2137

Conférence-débat avec:

Malia Bouattia, activiste, journaliste et ancienne présidente du syndicat étudiant britannique

et

Joseph Daher, enseignant à l’Université de Lausanne et professeur affilié à l’Institut universitaire européen de Florence (Italie)

Les soulèvements populaires soudanais et algériens ont ravivé des espoirs, même prudents, dans la région du Moyen Orient et d’Afrique du Nord. Les processus révolutionnaires débutés à la fin 2010 et début 2011 démontrent encore toute leur actualité. Dans les deux pays, le renversement des autocrates à la tête de ces régimes est loin d’avoir été suffisant pour les manifestant-e-s. Les appels à continuer et à approfondir les manifestations et l’opposition face à leurs régimes et leurs représentants se sont multipliés afin de voir des réels changements politiques et socio-économiques en faveur des classes populaires. Quelles perspectives pour l’avenir des mobilisations populaires ? Quelles possibilités de changements radicaux vers davantage de démocratie et justice sociale ? Comment les régimes autoritaires de la région et leurs alliés internationaux réagissent face à ces nouveaux cycles de protestations ? Allons-nous assister à un renouveau plus largement régional des processus révolutionnaires?

Pour tenter de répondre à ces questions et lancer le débat, le GRC a invité deux intervenant-e-s. Tout d’abord, Malia Bouattia, activiste, journaliste et ancienne présidente du syndicat étudiant britannique. Bouattia est également d’origine algérienne et elle a passée de nombreux séjours en Algérie, y compris dernièrement participant aux manifestations populaires dans le pays. Ensuite, Joseph Daher, enseignant à l’Université de Lausanne et professeur affilié à l’Institut universitaire européen de Florence (Italie). Il est l’auteur du livre « Hezbollah: Un fondamentalisme religieux à l’épreuve du néolibéralisme » (Syllepse, 2019), de « Syria After the Uprisings: The Political Economy of State Resilience » (Pluto Press / Haymarket 2019) et fondateur du blog Syria Freedom Forever.

Cycle: L’écosocialisme, de Marx aux mouvements sociaux d’aujourd’hui

En lien avec l’actualité brulante du réchauffement climatique et des mouvements internationaux de luttes pour le climat, le Groupe Regards Critiques vous invite à participer à ses deux prochaines activités :

Jeudi 4 avril 17h15 Géopolis 2137
Discussion autour du concept d’écosocialisme à partir des articles suivants :

  • Husson Michel, « Marx a-t-il inventé l’écosocialisme ? », A l’encontre, 21.12.2017. disponible en ligne: ici.
  • Tanuro Daniel, « Les fondements d’une stratégie écosocialiste », NPA, 28.04.2011. disponible en ligne ici.

Jeudi 11 avril 17h15 Géopolis 2137
Conférence-débat: Quelles perspectives pour les mouvements sociaux pour la protection du climat aujourd’hui ?  animée par Franziska Meinherz, doctorante à l’EPFL et militante au sein du Mouvement de la grève pour le climat.