Discussion collective: racisme suisse et violences policières

Jeudi 17 mai, 17h15-19h, salle 2129 de géopolis

Le GRC vous invite à une séance de discussion collective intitulée : « Racisme suisse et violences policières », avec la collaboration du Collectif Jean Dutoit et sur la base de leur rapport (« Rapport pour les droits et la mobilité des personnes migrantes noires africaines en Suisse et en Europe »).

En effet, en Suisse romande, en l’espace d’un an, Hervé Mandundu, Lamine Fatty et Mike Ben Peter – trois hommes noirs – sont décédés suite à une interpellation des forces de l’ordre. Et en plus de ces meurtres, combien de contrôles au faciès ? Combien d’humiliations quotidiennes ? Combien de violences physiques et morales sont infligées aux hommes noirs et non-blancs de ce pays ?

Le Collectif Jean Dutoit, dont était membre Mike Ben Peter, s’est heurté de plein fouet aux politiques racistes de ce pays, qu’elles soient formalisées (application systématique et inhumaine des accords Dublin) ou non (harcèlement policier, contrôles aux faciès, etc.). Le collectif est revenu et a analysé ces expériences dans un rapport, que nous vous proposons de lire, et de discuter lors de cette séance. Quelques membres du collectif seront d’ailleurs présent.e.s pour en parler avec nous.

Vous trouverez le rapport à cette adresse. Quelques versions papier seront également disponibles lors de l’évènement.

Venez nombreux.se.s !
Le GRC

Publié dans Discussion, Migration, racisme et xénophobie, Politique, Révolution, mouvements sociaux, Suisse | Commentaires fermés sur Discussion collective: racisme suisse et violences policières

Conférence: Grand Congo et Luttes Panafricaines

Samedi 12 mai, 18h-21h30, à l’espace Dickens (4 Avenue Charles Dickens, 1006 Lausanne)

 

Lien Youtube vers la vidéo: https://www.youtube.com/watch?v=CCjmF7BZf0g

Dans le cadre de son cycle de conférence portant sur l’actualité des mouvements panafricains, le GRC a le plaisir de vous inviter à une conférence-discussion intitulée « Le Grand Congo et les Luttes Panafricaines », organisée en collaboration avec la section suisse de la Ligue Panafricaine UMOJA.

Les deux Congo, s’étendant de part et d’autre du fleuve Congo, sont hélas considérés comme deux pays fondamentalement différents et quelquefois même opposés. En réalité, l’imposition du fleuve Congo comme une frontière séparant le Grand Congo en deux entités politiques, l’un regardant la France et l’autre, la Belgique, est la conséquence des rivalités des puissances colonisatrices, notamment la France et la Belgique. Cette rivalité est née de la « course au clocher » symbolisée par deux d’explorateurs, De Brazza pour le côté français et, Stanley du côté belge. Pour comprendre la tragédie actuelle vécue dans les « deux pays », il convient de saisir la genèse de leur formation, les résistances contre la pénétration et l’occupation coloniales (Simon Kimbangu, André Matswa, etc), la « décolonisation » et les figures politiques qui y ont émergé (Lumumba, la révolution de 1963 au Congo-Brazza, etc), la géopolitique des ressources extractives qui est à l’origine de l’instabilité chronique et des longues dictatures dans le Grand Congo, etc.

Pour en discuter, nous aurons le plaisir d’écouter Henda Diogène Senny, président de la LP Umoja. Son intervention sera suivie d’une discussion, et d’un apéritif.

On se réjouit de vous y retrouver !

Publié dans Conférence-débat, Discussion, Impérialisme, Politique, Révolution, mouvements sociaux | Commentaires fermés sur Conférence: Grand Congo et Luttes Panafricaines

Conférence : « Afroféminisme révolutionnaire et perspectives anticarcérales »

Jeudi 3 mai, 17h15-19h, géopolis 2129.

Le GRC a le plaisir de vous inviter à une conférence intitulée « afroféminisme révolutionnaire et perspectives anticarcérales », avec João Gabriell, cofondateur de Critique Panafricaine – revue politique, militant au MLA (Mouvement de Libération Afro), et blogueur (Le blog de João).

La criminalisation des violences sexistes, homophobes et transphobes semble être un horizon indépassable pour bon nombre de courants féministes et LGBT hégémoniques. En France comme aux États-Unis par exemple, ces mouvements se mobilisent pour exiger toujours plus de lois – « loi cadre » en France ; « hate crime law » aux États-Unis – et des peines toujours plus sévères pour condamner les violences de genre et sexualité. La sanction pénale est présentée à la fois comme l’ultime preuve de reconnaissance de la gravité des actes et l’unique moyen de s’y attaquer. Rien ne semble pourtant aller dans le sens de cette affirmation érigée en dogme. Plutôt qu’un recul, les sociétés euro-américaines font face à une explosion du carcéral et s’il faut bien sûr relativiser le poids des féministes et de l’activisme homosexuel et trans pro pénalisation, notamment parce que les Etats n’accèdent pas toujours favorablement à leurs demandes, il reste tout de même crucial de s’interroger sur la participation de mouvements voulus progressistes à l’extension du système carcéral, ou lorsque leurs efforts n’aboutissent pas, à la légitimation de son existence par le fait d’y faire appel au nom de l’égalité des genres et des sexualités.

On se réjouit de vous y retrouver !
Le GRC

Publié dans Conférence-débat, Discussion, Féminisme, Luttes LGBT, Migration, racisme et xénophobie, Politique, Question sociale (travail, santé, éducation ect.) | Commentaires fermés sur Conférence : « Afroféminisme révolutionnaire et perspectives anticarcérales »

Conférence : « La Suisse et le Cameroun durant la décolonisation (1948- 1961) »

Jeudi 26 avril 2018, 17h15-19h, salle 2129 de géopolis

Voici le lien de la vidéo de la conférence : https://www.youtube.com/watch?v=gI3XnxoUMdc

Dans le cadre de son cycle de conférences portant sur l’actualité des mouvements panafricains et des mouvements sociaux des sociétés civiles africaines, le GRC a le plaisir de vous inviter à une conférence intitulée « La Suisse et le Cameroun durant la décolonisation (1948- 1961) », avec Idrisse Désiré Machia A Rim (Doctorant en Histoire contemporaine).

Depuis le 19e siècle, la ″Suisse″ est présente au Cameroun à travers ses missionnaires, mercenaires et milieux d’affaires. Ils développent leurs activités avec la bénédiction de l’administration coloniale allemande (1884-1916). Lorsqu’éclate la Première Guerre mondiale, la coalition franco-britannique mène une partie de son offensive au Cameroun et parvient à infliger une défaite aux troupes allemandes.
À l’issue de la conférence de Versailles, l’Allemagne perd définitivement ses colonies africaines. C’est ainsi que le Cameroun devient un territoire sous-mandat de la Société des Nations (SDN) dont l’administration est confiée à la France et à l’Angleterre, avec pour mandat principal d’assurer le développement politique, économique et social du territoire, jusqu’à la proclamation de l’indépendance. Sur le terrain, les alliés se livrent paradoxalement à la colonisation du territoire dans ses formes les plus odieuses.
Après la Deuxième Guerre mondiale, le Cameroun est placé sous la tutelle de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) et reste cependant sous l’administration des mêmes puissances. Ayant contribué à la libération de la France du joug allemand, le peuple camerounais attend de ses ″bourreaux″ l’amélioration de ses conditions de vie. Il rêve surtout d’obtenir la liberté en signe de reconnaissance. Toutefois, Anglais et Français ruinés par la Guerre ne sont guère disposés à quitter d’aussitôt le Cameroun où ils y trouvent de bonnes opportunités d’affaires. Indignés par cette posture, les populations autochtones mettent sur pied des mouvements nationalistes. Au Cameroun oriental administré par la France, on assiste à des affrontements militaires qui aboutissent à de nombreuses pertes en vies humaines. Les spécialistes de l’histoire coloniale du Cameroun parlent d’une ″sale guerre″, comparable à celle que les troupes coloniales françaises menèrent en Algérie.
Dans cet environnement conflictogène où plane le spectre de la psychose, les ressortissants suisses présents sur le territoire camerounais se mobilisent en vue d’assurer leur sécurité. Ils bénéficient souvent de l’appui de l’administration coloniale. Mais, l’absence d’une représentation diplomatique suisse dans ce pré-carré français ne leur facilite pas toujours la tâche. Toutefois, la Confédération suisse procède rapidement à une offensive politico-diplomatique. Lorsque les indépendances sont proclamées, après l’élimination des principaux leaders nationalistes qui se poursuivra même à Genève, la Suisse a déjà assuré la sauvegarde de ses intérêts au Cameroun. Sur le plan commercial, elle a su tirer profit de la ″colonie″ des voisins européens.
On se réjouit de vous y retrouver nombreux.se.s !

Le GRC

Publié dans Conférence-débat, Discussion, Economie-Finance, Impérialisme, Migration, racisme et xénophobie, Politique, Suisse | Commentaires fermés sur Conférence : « La Suisse et le Cameroun durant la décolonisation (1948- 1961) »

Conférence: « Nos Corps, Nos Choix, l’autonomie corporelle remise en question »

Jeudi 19 avril 2018, 17h15-19h, géopolis 2129

Dans le cadre de son cycle de conférence sur l’actualité des mouvements féministes, le GRC a le plaisir de vous inviter à une conférence intitulée: « Nos Corps, Nos Choix, l’autonomie corporelle remise en question ».

De la Pologne au Salvador en passant par les Etats-Unis, nous assistons à une remise en question des droits sexuels et reproductifs et du principe de liberté à disposer de son propre corps. Si l’autonomie corporelle et reproductive des femmes et des personnes ayant un utérus a toujours été un sujet de débat public, dépossédant le plus souvent les premières concernées de leur agentivité quant à leurs choix, l’on assiste depuis quelques années à une cristallisation et à un durcissement des positions conservatrices sur ces questions, durcissement porté par des mouvements politiques réactionnaires, soutenu par un contexte de précarisation économique et de racisme, transphobie et validisme structurels. Quelles conséquences ces menaces sur les droits sexuels et reproductifs ont-elles sur les personnes concernées, notamment sur celles structurellement déjà marginalisées et quelles stratégies de mobilisation en réponse à ces menaces constantes sont possibles?
Pour en discuter nous aurons le plaisir d’accueillir Paola Salwan Daher, représentante du plaidoyer auprès de l’ONU au centre pour les droits reproductifs et militante féministe.
On se réjouit de vous y voir nombreux.ses!

Le GRC

Publié dans Conférence-débat, Discussion, Féminisme, Genre et sexualité, Impérialisme, Luttes LGBT, Migration, racisme et xénophobie, Politique | Commentaires fermés sur Conférence: « Nos Corps, Nos Choix, l’autonomie corporelle remise en question »

Conférence/débat : les violences domestiques en Suisse romande

Jeudi 12 avril 2018, 17h15-19h, salle 2129 de géopolis.

Dans le cadre de son cycle de conférence sur l’actualité des mouvements féministes, le Groupe Regards Critiques a le plaisir de vous inviter à sa prochaine conférence/discussion intitulée » Violences domestiques en Suisse romande : évolution, prise en charge et prévention ».

Longtemps cachées, déniées et considérées comme honteuses par ses victimes, les violences domestiques n’en sont pas moins une réalité concrètes qui tue, en Suisse, une femme toute les deux semaines. En plus du meurtre, les femmes subissent également toute une série de violences : chantages, viols conjugaux, pressions psychologiques, violence physique et verbale.
Quelles est la situation en Suisse et plus particulièrement en Suisse romande ? Quelles évolutions observe-t-on depuis une quinzaine d’années dans la prise en charges des violences domestiques ? Quelles ont été les effets des différents programmes mis en place ?

Ces différents questionnements ont fait l’objet d’un récent ouvrage rédigé par Nataly Viens Python, directrice de la Haute école de santé Fribourg et Marie-Claude Hofner, ancien médecin associée à l’Unité de Médecine des Violences du CHUV que nous aurons le plaisir d’accueillir pour animer cette table-ronde.

En espérant vous voir nombreuses et nombreux,

Le GRC

Publié dans Conférence-débat, Discussion, Féminisme, Genre et sexualité, technologie | Commentaires fermés sur Conférence/débat : les violences domestiques en Suisse romande

Table-ronde : « L’université, une entreprise comme les autres ? Le néolibéralisme à l’assaut des hautes études »

Hier soir a eu lieu la table-ronde portant sur la libéralisation de l’université, où nous avons eu le plaisir d’écouter Antoine Chollet (enseignant – chercheur en pensée politique à l’UNIL et membre du Syndicat SSP Vaud) et Raphaël Ramuz (secrétaire syndical en charge de l’enseignement et des hautes écoles au Syndicat SSP Vaud).

« On parle toujours du choix à faire entre le travail en entreprise et le monde académique. Mais à l’Uni aussi, il y a la possibilité de créer sa propre entreprise. L’EPFL a déjà cette culture que j’aimerais développer à l’UNIL ».
Il faut promouvoir l’esprit entrepreneurial à l’université, voici un des chevaux de bataille de Nouria Hernandez. La rectrice de l’Unil est bien loin de faire cavalière seule : en effet, l’idéologie néolibérale se diffuse dans l’ensemble du champ académique et se déploie en un éventail de mesures, signaux et autre discours. L’âpre bataille qui a été menée par nos camarades de l’Université de Fribourg et que poursuivent les étudiant-es de l’EPFL contre la hausse des taxes d’études n’en est qu’un exemple.
On peut lui ajouter, entre autres, l’augmentation continue de la part de financements privés dans les fonds de recherche, la précarisation des contrats de travail, en passant par la promotion de stages « professionnalisants » sous-payés. Une telle politique entrave non seulement l’accès aux études supérieures, mais s’en prend également à la production de savoirs.

Nous refusons la marchandisation toujours croissante des hautes études, qui se traduit dans les actions et propos des directions universitaires, mais aussi dans ceux de la Confédération, qui voit les lieux d’études supérieures comme des « employeurs très attrayants » en concurrence et qui se félicite de la haute « productivité » de ses scientifiques.
Quelle place pour l’émancipation, si l’université est pensée comme un espace de formation professionnel rentable, réservée à une élite économique, où les recherches sont dictées par les besoins du marché ? »

Les interventions et discussions ont été filmées. Vous pouvez les visionner ici: https://www.youtube.com/watch?v=-RVQN7gl2EI&list=UU1IwdaIsoeyFfzA5kNW7HLQ&index=0

Bon visionnage !

Publié dans Conférence-débat, Culture, Discussion, Education, Question sociale (travail, santé, éducation ect.), Suisse | Commentaires fermés sur Table-ronde : « L’université, une entreprise comme les autres ? Le néolibéralisme à l’assaut des hautes études »

Table ronde : « L’université, une entreprise comme les autres ? Le néolibéralisme à l’assaut des hautes études »

Mardi 27 mars, 17h30, géopolis 1628.

Le groupe étudiant de solidaritéS Vaud et le Groupe Regards Critiquesont le plaisir de vous inviter à la table-ronde : « L’université, une entreprise comme les autres ? Le néolibéralisme à l’assaut des hautes études ».

« On parle toujours du choix à faire entre le travail en entreprise et le monde académique. Mais à l’Uni aussi, il y a la possibilité de créer sa propre entreprise. L’EPFL a déjà cette culture que j’aimerais développer à l’UNIL ».
Il faut promouvoir l’esprit entrepreneurial à l’université, voici un des chevaux de bataille de Nouria Hernandez. La rectrice de l’Unil est bien loin de faire cavalière seule : en effet, l’idéologie néolibérale se diffuse dans l’ensemble du champ académique et se déploie en un éventail de mesures, signaux et autre discours. L’âpre bataille qui a été menée par nos camarades de l’Université de Fribourg et que poursuivent les étudiant-es de l’EPFL contre la hausse des taxes d’études n’en est qu’un exemple.
On peut lui ajouter, entre autres, l’augmentation continue de la part de financements privés dans les fonds de recherche, la précarisation des contrats de travail, en passant par la promotion de stages « professionnalisants » sous-payés. Une telle politique entrave non seulement l’accès aux études supérieures, mais s’en prend également à la production de savoirs.

Nous refusons la marchandisation toujours croissante des hautes études, qui se traduit dans les actions et propos des directions universitaires, mais aussi dans ceux de la Confédération, qui voit les lieux d’études supérieures comme des « employeurs très attrayants » en concurrence et qui se félicite de la haute « productivité » de ses scientifiques.
Quelle place pour l’émancipation, si l’université est pensée comme un espace de formation professionnel rentable, réservée à une élite économique, où les recherches sont dictées par les besoins du marché ?

Pour en discuter, nous aurons le plaisir d’écouter Antoine Chollet (Maître d’enseignement et de recherche à l’UNIL) et Raphaël Ramuz (secrétaire syndical en charge de l’enseignement et des hautes écoles au SSP) pour une table ronde, suivie d’un apéritif.

On vous attend nombreux.se.s !

Le groupe étudiant de solidaritéS vaud & le GRC

Publié dans Conférence-débat, Culture, Discussion, Education, Question sociale (travail, santé, éducation ect.), Suisse | Commentaires fermés sur Table ronde : « L’université, une entreprise comme les autres ? Le néolibéralisme à l’assaut des hautes études »

Projection/débat : « Trading Paradise », en présence du réalisateur

MARDI 13 MARS 2018 17H15 SALLE GÉOPOLIS 1628

Le réalisateur Daniel Schweizer s’attaque à un dossier qui pourrait éclabousser la Suisse d’un nouveau scandale: les pratiques des négociants en matières premières. Une grande partie de ce commerce mondial est pilotée par des entreprises installées à Zoug ou Genève, 20 à 30% des matières premières échangées dans le monde le seraient par des sociétés suisses. Elles sont connues pour le peu d’impôts qu’elles y paient et pour leur mépris des politiques environnementales en vigueur dans les pays d’extraction.
Par une enquête de terrain menée aux quatre coins du monde, TRADING PARADISE révèle les dessous de ces activités, alerte le public et ouvre le débat nécessaire sur la responsabilité éthique de ces entreprises dans le contexte du néo-libéralisme globalisé.

La projection sera suivie d’une discussion avec le réalisateur.

Pour plus d’information sur le film:
https://cineworx.ch/movie/trading-paradise/

Nous vous attend nombreu·x·ses !
Le Groupe Regards Critiques

Événement organisé par le Groupe Regards Critiques (GRC) en collaboration avec NON au sommet des pilleurs et pollueurs à Lausanne en marge du Forum contre le sommet des pilleurs et des polleurs:
https://www.facebook.com/events/1820363211369191/
https://stop-speculation.ch/

Publié dans Discussion, Documentaire, Economie-Finance, Impérialisme, Politique, Révolution, mouvements sociaux, Suisse | Commentaires fermés sur Projection/débat : « Trading Paradise », en présence du réalisateur

Projection/ discussion

Jeudi 1er mars, salle 2129 (géopolis), 17h15-19h30

Le GRC a le plaisir de vous inviter à une projection et une discussion du film « Tierra Negra – Viaje en territorio afro-colombiano » (en español avec sous-titres en anglais), en présence du réalisateur Attilio Bernasconi.

« Tierra negra » : Terre noire. Parce que noir.e.s sont les habitant.e.s du nord du Cauca, région du sud-ouest colombien. Ici, depuis 400 ans, vivent les descendant.e.s d’africain.e.s volé.e.s de leurs pays et amené.e.s de l’autre côté de l’océan pour travailler dans des plantations et des mines. Après avoir combattu pour leur liberté, ces femmes et ces hommes luttent désormais pour pouvoir demeurer sur ces terres héritées de leurs ancêtres, aujourd’hui menacées par les grands intérêts capitalistes.

La projection sera suivie d’un apéro proposé par le GRC et d’une discussion avec le réalisateur, tant sur le film que sur l’actualité sociale et politique de la Colombie.

On vous attend nombreux.se.s !
Le GRC

Publié dans Discussion, Documentaire, Environnement, Féminisme, Impérialisme, Révolution, mouvements sociaux | Commentaires fermés sur Projection/ discussion