Communiqué sur notre table ronde : Mouvements climats en Suisse, quelles stratégies pour convaincre face à l’urgence

Le lundi 4 décembre 2023 le Groupe Regards Critique (GRC) a organisé une table ronde à
l’université de Lausanne avec des représentant·e·s de 4 mouvements climats en Suisse
romande, à savoir : Contre-Attaque & Autonomie, Extinction Rebellion, Grondement des
Terres et Renovate Switzerland. La vidéo de ce débat se trouve sur notre site internet et sur
YouTube.
Nous aimerions revenir sur certains aspects de cet événement. Nous avons remarqué que le
débat a été par moments fortement chargé d’émotions et a soulevé plus de questions que
de réponses. En effet, la problématique des actions à mener pour convaincre et pour
changer la politique écologique de notre société est vaste et peut provoquer des tensions.
Les stratégies adoptées sont diverses : institutionnelles ou non-institutionnelles, modérées
ou radicales, collectives ou individuelles, anticapitalistes ou réformistes, entre autres. Le
débat a permis de souligner la complexité de cette question, la multitude de points de vue à
ce sujet et les fortes divergences entre mouvements locaux.
En tant qu’association qui veut promouvoir la réflexion critique, la discussion collective et
l’action commune, l’événement a été un succès en ce sens. Plusieurs moyens d’actions et
positions ont été confrontés, nous permettant de réfléchir de manière critique sur les
stratégies adoptées par les différentes organisations écologistes. Nous tenons toutefois à
relever que le débat a pu être parfois houleux, voire décourageant, vu les divergences entre
certaines organisations et le constat du manque de communication entre mouvements.
Cependant, ces faits ne devraient pas semer le désespoir et nous éloigner de l’engagement
politique et écologique ! Nous n’interprétons pas non plus les divergences exprimées
comme un obstacle insurmontable. Au contraire, elles soulignent le besoin réel d’ouvrir une
discussion constructive entre mouvements, organisations et partis politiques, de débattre et
d’agir ensemble ! Il faut également que nous soyons franc·he·x·s : dans la période d’urgence
dans laquelle nous nous trouvons, les mouvements écologistes n’ont pas encore réussi à se
rassembler de manière large. Il est donc temps de revoir nos bases de réflexions
stratégiques et de continuer de lutter pour trouver des solutions ensemble et pour
converger vers un avenir meilleur pour notre planète !
Le GRC aimerait remercier chaleureusement la modératrice, les intervenant·e·s, ainsi que
toutes les personnes qui ont participé à cette table ronde. Nous profitons de ce
communiqué pour annoncer que nous organiserons le semestre prochain un deuxième
débat sur le sujet, afin de continuer les réflexions entamées.

Lausanne, le 12.12.2023

Le Groupe Regards Critiques

Lettre ouverte sur la manifestation contre Macron

  • Nous dénonçons cette démonstration de force de la police vaudoise, en faisant usage de spray au poivre et de force physique, sur le campus de l’université et contre ses membres, qui plus est dans le cadre d’une protestation légale, légitime et pacifique.
  • Nous dénonçons le deux-poids, deux mesures de la direction de l’UNIL contre l’expression de l’appel au cessez-le-feu face à l’urgence humanitaire à Gaza.
  • Nous dénonçons l’irresponsabilité de la direction de l’UNIL qui a permis à la police d’utiliser de la force et de mettre en danger des membres de sa propre communauté.
  • Nous dénonçons le caractère anti-démocratique des décisions prises par la direction de l’UNIL qui n’a pas envisagé d’accorder un espace d’expression libre et de débat pour discuter des implications de la venue d’une personnalité politique aussi controversée que Macron sur notre campus, et des positions soutenues par ce dernier.
  • Nous exigeons de la direction de l’Université qu’elle réponde à ce déploiement disproportionné de la police cantonale, et qu’elle s’engage à faire la lumière sur la présence policière hors normes et ses prérogatives. Nous demandons également qu’elle garantisse qu’un tel dispositif policier ne sera plus déployé dans l’avenir sur le campus.

Pour toutes questios et précisions merci de prendre contact par mail au grc@asso-unil.ch.

Table ronde / débat – Mouvements climats en Suisse : Quelles stratégies pour convaincre face à l’urgence ?

Le GRC a le plaisir d’inviter des représentant.e.x.s de Contre-Attaque & Autonomie, Extrinction Rebellion, Grondements des Terres et Renovate Switzerland pour un grand débat et une discussion autour des modes d’actions, des moyens de lutte et des stratégies que les différents mouvements et associations écologiques ont adopté en Suisse pour donner de la visibilité à leurs revendications auprès de la population et des responsables politiques et économiques, qu’elles dénoncent.

Nous avons également l’honneur d’accueillir Oriane Sarrasin, Maîtresse d’enseignement et de recherche en psychologie environnementale à l’Université de Lausanne, pour modérer la discussion.

Venez participer au débat et exprimer votre point de vue sur cet enjeu contemporain crucial. Touxtes bienvenuexs, membre de l’UNIL ou pas.

Lundi 4 décembre, 18h15, salle 1129, Anthropole – UNIL

Lettre ouverte en soutien au FC Hardegger

Non l’interdiction par la Direction de l’UNIL d’événements en soutien aux Palestinien·nes !

Nous, associations universitaires, syndicats, étudiant·es, professeur·es, assistant·es/doctorant·es et employé·es de l’Université de Lausanne, faisons part de notre vive inquiétude vis-à-vis de la position de la Direction de l’UNIL face aux évènements au Proche-Orient et à la réponse apportée par l’Université face à une initiative de solidarité avec la population civile de la bande de Gaza.
Un tournoi de football visant à récolter des fonds pour des organisations caritatives palestiniennes actives dans la fourniture d’aide humanitaire à Gaza devait être organisé le 29 octobre 2023. Ce tournoi, initié par le FC Hardegger et soutenu par le Groupe Regards Critiques, devait se dérouler sur l’un des terrains de l’Université disponible à la location. Il a été purement et simplement interdit car jugé « d’ordre politique » par la Direction de l’UNIL, celle-ci ne souhaitant pas « entrer en matière dans le cadre d’un soutien en relation avec un conflit politique ». Cet évènement, interdit par l’Université de Lausanne sur une base arbitraire, ne revendiquait aucune position, ni affiliation politique particulière, mais visait simplement à collecter des dons dans un objectif humanitaire.
Nous sommes surpris·es et choqué·es par cette décision, car cette même Direction a apporté à plusieurs reprises par le passé, et à raison, son soutien à la population ukrainienne victime de l’invasion et de l’occupation de l’armée russe. Dans ce cadre, il est inquiétant que l’Université de Lausanne impose une différence de traitement dans le soutien à apporter entre les populations civiles ukrainiennes victimes de l’invasion russe en 2022 et celles palestiniennes victimes de la politique d’occupation, de colonisation et d’oppression menées par l’État d’Israël, qui s’apparentent à une situation d’apartheid selon des organisations de défense des droits humains comme Amnesty International et Human Rights Watch.
Les signataires de la présente lettre souhaitent affirmer :

  • leur indignation face à la décision de l’Université de Lausanne d’interdire un tournoi de football visant à récolter des fonds pour de l’aide humanitaire à destination de la bande de Gaza
  • leur soutien et solidarité au FC Hardegger, victime de cette interdiction arbitraire
  • leur volonté de ne pas voir se répéter une interdiction de ce genre de manifestations de la part de la Direction de l’UNIL
  • leur droit, ainsi que celui de tous les membres de la communauté universitaire, à soutenir par des actions pacifiques et à but humanitaire les populations palestiniennes face aux politiques de l’État israélien violant le droit international et les droits fondamentaux des Palestinien·nes.
    Pour plus d’information, voir le communiqué de presse du FC Hardegger.

Associations signataires: Groupe Regards Critiques, Groupe Musulman Universitaire, SSP section étudiante, Syndicat SUD-EP, NoCap, Association des Juristes Engagées, Grève Féministe UNIL, Amnesty HEL, Centre en études genre CEG.

-> Pour signer la lettre

Plus de 30 ans après les accords d’Oslo, où va la Palestine ?

Joseph Daher enseigne à l’Université de Lausanne, en Suisse, et est professeur affilié à
l’Institut universitaire européen de Florence, en Italie, où il participe au projet « Syrian
Trajectories ». Il est l’auteur des livres « Syrie, le martyre d’une révolution » (Syllepse 2022),
et Hezbollah, un Un fondamentalisme religieux à l’épreuve du néolibéralisme (Syllepse
2020).
 
Plus de trente ans après les accords d’Oslo conclus en 1993, plus personne ne s’en sert pour
parler de la situation en Palestine. Il n’est plus question du « processus de paix » qui était
pourtant la norme dans les années 1990 et 2000, tant la situation s’est éloignée des espoirs
suscités par ces accords. Au contraire, la situation des Palestinien.nes n’a cessé de se
détériorer avec la multiplication et l’intensification des crimes et violations de droits humains
commis par la politique d’occupation et discriminatoire de l’Etat d’Israel.
 
Les politiques de l’État israélien sont la continuité de ces politiques criminelles de nettoyage
ethnique qui remontent à la création de l’État en 1948, et qui entraîna la Nakba (ou «
catastrophe » en arabe) du peuple palestinien. On estime que plus de 800 000 Palestinien.nes
furent chassé.es de leurs foyers, devenant des réfugié.es. Iels sont aujourd’hui plus de 6
millions.
 
Dans le cadre de cette conférence, nous reviendrons sur les origines et dynamiques
historiques de la cause palestinienne jusqu’à aujourd’hui. Nous nous poserons également les
questions suivantes : quelle solidarité internationale avec la Palestine ? Quel lien entre les
processus révolutionnaires au Moyen Orient et en Afrique du Nord et la Palestine ? Quelle
solution pour la question palestinienne ?
 
Pour en discuter ensemble, nous accueillerons Joseph Daher.

Mardi 21 novembre 2023, 18h00, salle 2144, Géopolis – UNIL

Projection – Discussion en commémoration des 50 ans du coup d’État de Pinochet au Chili

Pour commémorer les 50 ans depuis le coup d’État du 11 septembre 1973 au Chili, le Groupe Regards Critiques vous propose la projection de Me duele la memoria (2018) réalisé par Iara Heredia Lozar et Bastien Genoux. Le documentaire sera suivi d’une discussion avec la réalisatrice !

En 1973, le coup d’État chilien orchestré par Augusto Pinochet, soutenu par les forces armées chiliennes et les États-Unis, a mis en place une dictature militaire violente qui a perduré jusqu’en 1990. Cette période a profondément marqué la population chilienne et laissé des séquelles. Me duele la memoria explore ce moment de l’histoire à travers les yeux de résistant∙e∙s et d’exilé∙e∙s chillien∙ne∙s en Suisse. Leurs témoignages et leurs vies nous rappellent l’importance de la mémoire collective pour bâtir un monde meilleur, porté par l’espoir du socialisme.

L’événement sera suivi d’un apéritif convivial !

Jeudi 5 octobre 2023, 18h00, salle 2144 – Géopolis, UNIL

Initiative pour un salaire minimum vaudois : enjeux sociaux et féministes avec les initiatives genevoises et neuchâteloises

Après Neuchâtel, Jura et Genève, Vaud pourrait devenir le quatrième canton romand à se doter d’un salaire minimum ! 

Élaboré par une large coalition de syndicats et de partis de gauche, l’initiative « pour le droit à vivre dignement de son travail » vise à instaurer un salaire minimum de 23.- de l’heure pour lutter contre la sous-enchère salariale, renforcer les conventions collectives de travail et lutter contre les discriminations salariales faites aux femmes.

Pour comprendre les enjeux sociaux et féministes et les possibles conséquences d’une telle initiative sur la vie des travailleurs et des travailleuses du canton de Vaud, le Groupe Regards Critiques et le Collectif féministe de la HETSL ont le plaisir d’accueillir Marianne Ebel, militante féministe à la Marche Mondiale des Femmes et membre de solidaritéS Neuchâtel, ainsi qu’Alessandro Pelizzari, directeur de la HETSL et ancien secrétaire régional d’Unia Genève !

Mercredi 17 mai à 18h15

Auditoire B040 à la Haute École de travail social et de la santé Lausanne (HETSL)

Table ronde : Mobilisations féministes populaires et pluralités des modes d’actions en Amérique latine et en Suisse

Le prochain événement du GRC sera une table ronde !

Quels sont les modes d’action à disposition des mouvements féministes au Brésil, en Suisse et au Chili, pour la mobilisation et le plaidoyer ? La discussion passera en revue les outils utilisés, à partir des expériences concrètes des militantes, mais aussi des divers lieux et contextes de mobilisation – Nord / Sud global, lieux de travail ou de formation et contexte universitaire en particulier.

Avec les interventions d’Alessandra Ceregatti et de Clara Almeida Lozar, et la modération par Marianne Ebel.

Cette table ronde est co-organisée par le Groupe Regards Critiques de l’UNIL et E-CHANGER.

Avec le soutien de la Fédération Genevoise de Coopération et de la Ville de Genève.

Mercredi 3 mai 2023, à 18h15, salle 2055 Anthropole – UNIL.

La place financière, le paradis fiscal suisse et la débâcle du Crédit Suisse

Discussion introduite par Sébastien Guex, Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lausanne, Spécialiste de la politique monétaire et financière de la Suisse et de la genèse du secret bancaire. Il travaille actuellement sur le processus qui mène à l’émergence de la Suisse comme paradis fiscal.

La crise actuelle de Crédit Suisse et, de ce fait, de la place financière suisse, n’est pas due à des errements de la direction ou le résultat d’une mauvaise gestion, mais le produit logique d’un choix fait par le petit cercle qui dirige les banques et ses représentants politiques. Ce choix est de faire de la Suisse un haut lieu (peut être le plus important au monde) de la fraude fiscale et du blanchiment d’argent. Pour essayer de comprendre la crise actuelle, il faut donc se pencher sur l’histoire de la place financière suisse et sur la genèse de la Suisse comme paradis fiscal.

Ainsi durant cette séance, nous nous demanderons comment et pourquoi la Suisse est devenue un paradis fiscal ? Quel rôle joue aujourd’hui la Suisse et sa place financière dans le capitalisme mondial et l’évasion fiscale ? Quelles sont les conséquences actuelles de cette politique ? Et quelles peuvent être les évolutions futures ?

Jeudi 06 avril 2023 dans la salle 2144 à Géopolis. Au plaisir de vous voir prochainement !