« Halloween Ends » – Critique

Une fin de saga bienvenue

Cela fait un certain temps que la saga Halloween ne présente plus de véritable intérêt. Pourtant, l’opus sorti en 2018 et imaginé par David Gordon Green, qui prenait certaines libertés chronologiques suite à la saga d’origine, avait réussi à donner un nouveau souffle à la série de films. S’en est suivi le très moyen, mais néanmoins efficace Halloween Kills, sorti l’année dernière, et, enfin, le dernier opus et très attendue fin de saga sorti la semaine dernière : Halloween Ends.

Ce nouveau film commence sur le même schéma que n’importe quel film d’horreur, avec du sang et quelques jumpscares très prévisibles. Il introduit le personnage de Corey Cunningham, jeune baby-sitter dont la vie va soudainement basculer au début du film. J’étais très contente de retrouver l’ambiance des épisodes précédents la saga, avec son générique et toujours la même musique emblématique de John Carpenter, lui-même présent à la production du film, aux côtés notamment de Jamie Lee Curtis. Voir ces noms au générique m’a un peu mise en confiance quant à la qualité du film, et malheureusement j’ai été très déçue.

À mes yeux, Halloween Ends est un film fait pour un public étranger à la saga, que ce soit les œuvres les plus anciennes ou les plus récentes. En effet, le spectateur a le droit à de nombreux flashbacks expliquant la trame du film original, reprenant simplement des scènes de ce dernier, commentées en fond par le personnage de Laurie, qui se rappelle ses premières altercations avec Michael Myers.

D’ailleurs, Michael Myers est le grand absent de cet opus, disposant d’extrêmement peu de temps d’écran et n’ayant au final qu’un rôle minime dans l’histoire. Cela donne au film un côté très édulcoré, très peu effrayant et cela m’a, sans grande surprise, très rapidement plongée dans un profond ennui. On est très éloignés de l’ambiance que le spectateur s’attend à retrouver dans un film de la saga Halloween. Aucune tension n’est présente, ainsi qu’aucune surprise ou sentiment de peur. On subit l’histoire plus qu’on ne la vit, et il faut bien attendre 40 minutes pour apercevoir le personnage de Michael Myers, et au moins une heure pour que l’histoire commence un peu à bouger.

À ce stade-là, je n’attendais vraiment plus rien du film, mais une partie de moi espérait quand même qu’une fois l’action lancée, le film prendrait enfin sa vitesse de croisière et arriverait un minimum à me divertir et à m’intéresser. Cela n’a, évidemment, pas du tout été le cas. Le personnage de Corey, qui a un rôle crucial dans l’histoire, est caricatural à souhait et il est impossible de s’y attacher, et toutes les actions qui tournent autour de lui sont absurdes et extrêmement prévisibles. L’histoire va alors prendre une tournure dépourvue de sens, sans queue ni tête, qui perd le spectateur plus qu’autre chose.

Les seuls points positifs de cette œuvre sont la performance de Jamie Lee Curtis, qui est toujours aussi iconique dans le rôle de Laurie Strode, bien qu’un peu effacée dans cet opus. Les pointes d’humour sont également les bienvenues, et parviendront peut-être à réveiller les (nombreux) spectateurs qui se seront endormis devant ce film. Enfin, les rares scènes sanglantes le sont vraiment, et permettent d’ajouter un tout petit peu de piment à cette œuvre insipide.

Pour conclure, Halloween Ends est l’exemple typique du « film de trop ». Il n’apporte rien à la saga, ne respectant absolument rien des codes imposés par les opus précédents et ne livre ni une œuvre horrifique, ni une œuvre comique. D’autant que l’excuse du fan service ne suffit pas, car le personnage de Michael Myers est relégué au second plan, au profit d’une histoire complètement absurde et sans aucun intérêt pour le spectateur.

La saga Halloween avait déjà perdu de sa superbe dans le cœur de beaucoup de spectateurs, et cet épisode final vient lui donner son coup de grâce, mettant définitivement un terme à l’importance du personnage de Michael Myers, ainsi qu’à l’univers angoissant inventé par John Carpenter. Un raté monumental, qui laisse, heureusement, très peu de place pour une suite… Il était temps !

Mathilde


Halloween Ends
Réalisation: David Gordon Green
Scénario: David Gordon Green, Danny McBride, Chris Bernier, Paul Brad Logan
Musique: John Carpenter, Cody Carpenter, Daniel Davies
Interprètes: Jamie Lee Curtis, Andi Matichak, James Jude Courtney, Rohan Campbell, Kyle Richards
Pays de production: États-Unis
Durée: 111 minutes
Sortie romande: 12 oct. 2022