Alumni

Les anciens membres de Mosaïque UNIL ayant terminé leurs études ou ayant décidé de quitter l’association après quelques temps en son sein sont rassemblés sous le nom de « Alumnis ». Le but visé est de permettre aux membres de rester en contact et ceci même après avoir quitté l’association. Cela permet de tisser des contacts professionnels, notamment grâce à d’anciens membres déjà intégrés dans le monde du travail.

Quelques-uns de nos anciens membres sont d’ailleurs en stage dans diverses organisations internationales et nous donnent un petit aperçu de ce qu’ils y font et de comment ils sont arrivés à décrocher ces stages :

Alexandre

« J’ai rejoint Mosaïque en la qualité de simple membre en 2008, enthousiaste à l’idée d’aller à la simulation des Nations Unies (MUN) qui était prévue à Boston. J’ai de suite été pris par l’ambiance, les délégués du monde entier, les sujets contemporains et les procédures réalistes. Après Boston, j’ai continué avec Mosaïque dans les MUNs, voyageant à Zagreb, La Haye, Londres et New York. J’ai contribué à fonder un département MUN au sein de l’association, dont j’étais le premier directeur.

Mosaïque est avant tout une plateforme. Elle nous rend autant que ce que nous sommes prêts à y investir. Mon expérience dans les MUN m’a permis de continuer pour faire d’abord modérateur d’un comité dans une prestigieuse simulation à Londres, suivi d’un poste de Secrétaire général pour la 12e conférence annuelle de GIMUN à Genève. Sur l’ensemble de mon temps à Mosaïque j’ai gagné plusieurs prix, su développer mes compétences oratoires, acquis une connaissance concrète des programmes et opérations des Nations Unies, complémenté mon savoir académique et noué des amitiés avec des jeunes du monde entier.

D’un point de vue professionnel, je ne vous cacherai pas qu’être membre passif d’une association ne vous apportera pas grand-chose. Par contre, ma participation active m’a menée à décrocher un premier stage auprès de l’OIT entre mon Bachelor en mon Master, suivi d’une admission dans un excellent programme de LLM en Human Rights Law à l’université de Nottingham, et enfin à mon stage actuel à la Mission Suisse auprès des Nations Unies à Genève. Je suis maintenant assis dans les mêmes comités que ceux que j’avais longtemps simulés, cette fois derrière la pancarte de la Suisse. Et je n’y serais jamais arrivé sans Mosaïque. »

Alexandre Steullet, 24 ans, stagiaire à la section humanitaire de la Mission permanente de la Suisse auprès de Nations Unies à Genève