Journées NORD-SUD 2013

1399378_599070673489521_402026976_o

En 2013, les journées Nord-Sud ont été dédiées à la Chine – Afrique. À travers trois événements majeurs, la communauté universitaire a eu l’occasion de se familiariser avec cette thématique riche qui nourrit depuis quelques années déjà de vives discussions. Tantôt appréhender comme une « nouvelle forme de colonialisme » tantôt perçue comme une opportunité de relancer les économies régionales, la présence chinoise en Afrique n’a cessé de raviver les débats.

Vernissage photo : Chinafrica de Paolo Woods

L’association Mosaïque a eu l’honneur d’exposer les photos du projet « chinafrica » de l’artiste de renom Paolo Woods dans le hall d’entrée de Geopolis. Les œuvres présentées retranscrivent avec finesse l’impact socio-politique de l’implantation chinoise en Afrique.

Tout au long des journées Nord-Sud et plus particulièrement à l’occasion du vernissage, des étudiants, des professeurs et des employés de l’Unil on put, dans une ambiance décontractée, déambuler à leur guise et apprécier les 13 photos de l’artiste. Allant du « c’est vraiment intéressant » au « c’est génial, on apprend pleins de choses », les photos exposées n’ont laissé personne indifférent. Pour certains, le symbolisme d’une photo était particulièrement marquant, pour d’autres l’esthétique et les couleurs fabuleuses. Ces oeuvres ont permis de susciter le débat : un étudiant affirme au sujet d’une photo montrant un Africain armé tenant le parapluie d’un chef de chantier chinois au téléphone qu’elle « est assez scandaleuse ; en Afrique, on fait la guerre, en Chine, on fait du business ! ». Un autre étudiant résumera l’exposition en soulignant que « beaucoup de photos démontrent le colonialisme, on pourrait presque dire que le “jaune“ a remplacé le “blanc“ ».

Découvrez ici le site web de Paolo Woods et les photos du projet chinafrica.

Conférence-débat : « China-Africa : une relation équilibrée ? »

Pendant une heure et demie, deux spécialistes du domaine – Antoine Kernen, maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne et Thierry Pairault, directeur de recherche au CNRS – ont débattu des enjeux politiques, économiques et sociaux des relations sino-africaines devant une cinquantaine de personnes.

En partant de différents clichés et stéréotypes récurrents, le modérateur Guive Khan a proposé d’aborder les dimensions diplomatiques et commerciales des relations Chine-Afrique.  Ces clichés, tirés majoritairement de la presse, ont été déconstruits par les deux conférenciers. Thierry Pairault a débuté en réfutant l’aspect néocolonialiste et les dimensions perverses de la présence des entrepreneurs chinois en Afrique. Antoine Kernen a mis principalement les aspects politiques en avant en s’efforçant de peser le pour et le contre, tout en gardant un point de vue positif sur cette présence chinoise. La conférence a permis d’aborder la présence chinoise d’une manière nuancée et positive, notamment en mettant en avant la présence des entrepreneurs chinois qui contribue à la croissance de l’économie africaine.

Projection du film « Afrique – l’ambition chinoise »

Une cinquantaine de personnes ont suivi la projection « L’Afrique – l’ambition chinoise », présenté par l’assistante-doctorante Katy Lam de l’université de Lausanne.

Ce film, qui se focalise sur l’implantation chinoise en Afrique, a été réalisé par Marc et Nick Francis. Les auteurs ont passé un an en Zambie pour observer en parallèle le quotidien de deux entrepreneurs chinois et les voyages du ministre du Commerce et de l’Industrie zambien entre la Chine et sa patrie. Sans prendre partie, les réalisateurs nous plongent dans la réalité de la coopération sino-zambienne. En quelques années, les gouvernements africains ont reçu des milliards de dollars de crédits et d’investissements de la part des Chinois, qui trouvent matières premières et nouveaux marchés sur le continent. Toutefois, derrière le slogan d’une relation Chine-Afrique « gagnant – gagnant », le film éclaire aussi une ambiguïté qui s’installe. Alors que certaines scènes montrent un climat très décontracté entre employeurs chinois et employés zambiens, d’autres mettent une certaine insatisfaction des travailleurs en avant nous poussant à nous poser des questions entre bénéfices et aspects problématiques de cette implantation.

Les journées Nord-Sud 2013 se clôturent donc sur un succès. Elles  ont fait découvrir à la communauté universitaire les relations Chine-Afrique à partir de trois approches différentes : une exposition de photo, une conférence-débat et  la projection d’un film documentaire qui ont donné au public la possibilité de former sa propre opinion sur un sujet qui ne va pas si vite cesser de faire la une.