La lutte contre le VIH : un enjeu diplomatique ? (27/04/2013)

VIH_enjeu_diplomatique

 

Mosaïque a organisé, le 17 avril, une conférence intitulée «La lutte contre le VIH : un enjeu diplomatique?» avec la participation de Michel Kazatchkine, ambassadeur de France chargé de la lutte contre le VIH, professeur d’immunologie à l’Université René Descartes et envoyé spécial de l’ONU pour le VIH en Europe orientale et Asie centrale.

Au travers d’un discours animé, le conférencier a exposé les différents enjeux qui articulent la lutte contre le sida et son développement à travers le monde.

Actuellement, le plus grand succès de la santé publique mondiale réside dans l’augmentation des traitements du VIH dans les pays en voie de développement. Chaque jour, ce sont plus de 3’000 nouvelles personnes qui ont accès au traitement. Ce succès international est né dans les années 2000, période durant laquelle le G8 a envisagé la santé comme un bien public mondial, permettant de repenser la notion de santé comme un droit humain. Durant la conférence internationale du sida en 2000, un juge blanc d’Afrique du Sud porteur du virus du sida a annoncé que s’il était encore en vie c’est uniquement parce qu’il en avait les moyens, contrairement à la population de son pays. Cette déclaration a été la première d’une longue série qui a fait partie des mesures permettant à la santé d’entrer en politique et d’augmenter les dépenses pour le sida de manière exponentielle. Ainsi, la santé mondiale est devenue un enjeu qui change notre manière de penser la gouvernance lorsque nous parlons des grands défis mondiaux.

A l’heure où, dans l’opinion publique, le sida n’est plus une préoccupation et que la recherche dans ce domaine est entachée de désillusions, il est temps de repenser la lutte contre les maladies comme un investissement central dans les enjeux politiques, économiques et sociaux qui s’articulent autour du développement des pays dits pauvres.

Merci à l’Auditoire pour cet article que vous pouvez retrouver sur leur site internet.