Opérations de maintien de la paix : Quel futur ? (21/11/2013)

1396913_604498089613446_507443177_o

Jeudi 21 novembre 2013, l’Association Mosaïque, en collaboration avec la Société des Officiers du campus universitaire de Lausanne, a eu le plaisir d’accueillir deux spécialistes de terrain dans le cadre de sa conférence « Opérations de maintien de la paix : Quel futur ? ».

Pendant près d’une heure et demie, une trentaine de personnes ont pu écouter attentivement Stéphanie Perazzone, assistante de recherche au Center on Conflict, Developement and Peacebuilding de l’IHEID ainsi que le Major Richard Hauser, officier de carrière auprès de SWISSINT, nous parler de leur expérience de terrain.

Après une longue et précise description des OMP ainsi que de leurs problèmes majeurs, Mme Perazzone nous a incité à relativiser l’image d’incapacité de l’ONU dans le cadre des OMP. Elle a relevé notamment le mauvais caractère des médias qui ont selon elle fortement  tendance à ne mentionner que les échecs des OMP et non ses succès qui restent nombreux. Elle a également attiré l’attention sur le fait que le budget dont dispose l’ONU n’est pas aussi conséquent qu’on pourrait le croire. Le budget ordinaire pour toutes les OMP s’élève à 1.3 milliards ce qui est l’équivalent du budget de la ville de Zürich. Par ailleurs elle a aussi tenu à spécifier que bien trop souvent la population autant bien locale qu’internationale oublient que les représentants de l’ONU ne peuvent intervenir qu’en suivant strictement les directives stipulées dans leur mandat. Ce dernier point a également été mentionné à maintes reprises par le Major Hauser, qui après trois ans d’expérience au Proche-Orient, nous a confié ses nombreuses frustrations sur le fait qu’ils ne pouvaient pas agir si le mandat ne le permettait pas. En nous racontant son expérience en tant qu’observateur militaire, le Major Hauser a également insisté sur le fait que la formation et la motivation des militaires diffèrent selon leur pays et leur expérience et agit ainsi sur l’efficacité des missions d’observation.

La conférence s’est alors achevée en laissant place à de nombreuses questions qui se sont poursuivies autour d’un amical apéritif.